Les Tribulations d’un bâtard à Beyrouth, Ramy ZEIN

Nom Prénom Confession

Mais elles sont si lointaines les beautés de la terre                   

Pour cette pauvre victime, pour cet enfant de guerre.

      Il n’est ni drogué, ni athée, ni un Don juan, ni raciste… Brûlé par le feu marmoréen de la guerre civile libanaise dont il a été victime, il finit par enterrer ses rêves d’enfance dans un silence ténébreux. Il n’enterrera jamais ses larmes dans un lointain amnésique. Qui est-il ?

 Bonjour ! Je m’appelle Yad Mandour et je suis chiite !

        Yad est un chiite spécial : il habite à « Beyrouth Est », dans le « secteur chrétien », il ne fait pas ses cinq prières, il boit de l’alcool… Ce même Yad aime lire, écrire des romans, écouter les mélodies de Sabah et de Feyrouz, enseigner aux âmes la beauté de ce monde, s’amuser avec ses étudiants à L’ALIS, former des esprits qui respectent l’autre en dépit de son appartenance religieuse ou communautaire… Ne faudrait-il pas admirer, saluer et sacraliser l’ouverture d’esprit de Yad ?

10401014_73330010439_5493_n

    Si ses relations avec Line (chrétienne), Sara (doctorante musulmane) et Rouba ont été un échec à cause de cette déchirure communautaire, en sera-t-il de même avec Chris ? Les mésaventures et les cauchemars de Yad Mandour se transformeront-ils en un Huis-Clos, en un Chant des ruines, en un Partage de l’infini ou plutôt en une Levée de couleurs ?

    La plume de Ramy Zein (professeur de littérature française, comparée et francophone à l’Université Saint-Joseph) saigne d’une douleur amère. À travers son nouveau roman, l’auteur met en lumière l’agressivité psychologique et existentielle de la guerre civile ; il livre une vision kaléidoscopique et critique sur la question de l’identité liée à la confession : les mariages mixtes interchrétiens (Coptes, Orthodoxes…), les mariages mixtes entre les musulmans et les chrétiens, les clichés qu’on attribue souvent à l’Islam. On assiste à une critique des femmes voilées avec des jeans collants, à celle de ce « nouveau voile » coloré et « gonflé par un chignon artificiel ».

p24_20161201_pic2

     Ramy Zein nous permet de faire le tour du Liban avec ses doubles faces : Beyrouth, Khaldé, Jezzine, Batroun, Litani, Khiam, Deir El Qamar, Mar Mikhaïl, Saida, Baalbek, Nahr Ibrahim, rue de Damas, théâtre al-Madina… Les lecteurs perçoivent la beauté divine des villes/villages libanais. Et c’est magnifique ! Mais, rapidement, cette beauté perd de son éclat à cause des conflits communautaires.

200517_10150442203290440_4203326_n

« L’histoire [de Yad] avait été victime de l’Histoire [et] il fallait l’accepter » : allons-nous à notre tour  « tourner la page de la guerre civile, et vivre ensemble » ?

                                                          Mariam SABRA, 1ère année Master Lettres françaises

Un commentaire sur “Les Tribulations d’un bâtard à Beyrouth, Ramy ZEIN

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :