Tout ce que vous avez toujous voulu savoir sur Jad Hatem sans avoir jamais osé le demander

Jad Hatem répond aux questions personnalisées d’une étudiante de Première année qui poursuit une Licence Majeure en Philosophie et Mineure en Lettres françaises – Beyrouth.

Quel philosophe vous a accompagné tout au long de votre vie ?

J’ai découvert très tôt Schelling sans avoir jamais eu un cours sur lui. Je suis le premier à l’avoir enseigné au Liban. Mon enthousiasme pour son œuvre et particulièrement pour sa philosophie de la liberté ne s’est jamais démentie. Et d’ailleurs, c’est à lui que j’ai consacré le plus de travaux.

Quelle est la question qui vous tourmente le plus ?

Celle du Mal. Je trouve l’injustice intolérable et le péché est, par définition, ce qui n’aurait pas dû être. C’est le scandale qui m’a conduit à la philosophie et à la théologie et non l’étonnement (ou la stupeur) devant l’être.

Quelle maxime aimeriez-vous transmettre aux générations futures ?

Cette sentence de René Char :

 »Ne te courbe que pour aimer. Si tu meurs, tu aimes encore ».

Quelle serait la plus belle mort pour vous ?

Celle où on donne sa vie pour les personnes qu’on aime.

Êtes-vous plutôt mystique ou religieux ?

Mystique. La religion sert à donner une orientation théocentrique et une épaisseur empirique à l’élan vers l’absolu.

Comment vous définissez-vous en trois mots ?

Passionné, persévérant, bibliomane.

Quelle est votre philosophie ?

Que l’existence est une quête de l’absolu qui peut prendre bien des formes, la religieuse n’étant que l’une d’entre elles, la plus visible et la mieux charpentée. Autres voies : l’art, l’amour, l’éros, le mal, la volonté de savoir.

Comment s’est développée cette passion pour la philosophie ?

À partir de la grande littérature, celle qui pose les questions essentielles ; en me mettant ensuite à l’école des penseurs qui ont formalisé ces mêmes questions ; enfin, en les confrontant à l’expérience de la vie. Je prends aussi le terme de passion dans l’acception propre : on subit l’interrogation philosophique car l’existence est une immense question, fût-elle sans réponse.

Quels sont vos écrivains préférés ?

En  prenant  »écrivain » dans un sens large, je réponds en priorité : Platon, particulièrement celui du Banquet et du Phèdre. Dans un sens plus restreint : Sophocle, Shakespeare, Corneille, Claudel ; Dostoïevski, Barbey d’Aurevilly, Joan Sales, Charles Morgan ; Dante, Ronsard, René Char. Ceci dit, le romancier qui eut la plus grande influence sur moi, Huysmans, n’est pas mon auteur préféré. Et on peut avoir comme compagnon de route, un poète mineur, comme Patrice de La Tour du Pin.

Qu’est-ce qui donne sens à votre vie ?

La découverte du sens de la vie à travers la volonté de création.

Jad Hatem assure les cours suivants au département de Lettres françaises, à Beyrouth, en Master :

*Psychanalyse et Littérature

*Esthétique : philosophie de l’art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :