Ciel, mon mari !

Âmes sensibles, abstenez-vous.

Une pièce de Feydeau de 1899 fait à nouveau salle comble grâce à la mise en scène moderne et provocante de Johanna Boyé, qui rassemble les talents de huit comédiens dont un musicien.

Sans tabous, mais avec beaucoup d’humour et de gaillardise, ils dévoilent notre société des apparences.

Briller ? Suivre la mode. Réussir ? Gratter l’héritage. Cocu ? Moi, jamais !

Dans La Dame de chez Maxim, tous les personnages se livrent à ces fourberies, ou en deviennent les victimes. Et vous aussi, spectateurs, vous participez à leurs manigances, écoutant leurs apartés et riant des quiproquos qui créent des situations à la fois absurdes et burlesques.

Parachutez une danseuse du Moulin Rouge dans l’univers de respectables médecins, d’une grenouille de bénitier illuminée et de fidèles et dociles domestiques ; mêlez ce cocktail au mariage de la naïve nièce d’un général dévergondé, auquel sont conviés une duchesse diva et un étudiant en Lettres stéréotypé (c’est de bonne guerre) ; et vous obtiendrez, loin d’un vaudeville usé, une pièce fraiche et savoureuse pour un public aussi bien français que libanais.

*La Dame chez Maxim – les 23, 24, 25 MARS, à 20h30 au Théâtre Al-Bustan

 

Joanna Charbine et Alexis Joly

Master 1 Lettres françaises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :